Sélectionner une page

AZ Alkmaar, le succès par l’innovation

par | Jan 5, 2020 | 2 commentaires

Ville plus connue pour son marché aux fromages que pour son football, Alkmaar pourrait pourtant devenir l’une des places centrales du football néerlandais mais aussi européen dans les années à venir. A la clé, une stratégie bien pensée, à long terme, basée sur la qualité de sa formation, sa culture et la science.

Actuellement second d’Eredivisie à seulement 3 points de l’Ajax, et qualifié pour les 16èmes de finale d’Europa League, le club de l’AZ Alkmaar ne cesse de surprendre. C’est pourtant loin d’être une surprise si l’on suit la politique du club mise en place depuis quelques années. Marijn Beuker, directeur du développement, de la performance et de l’innovation au club l’a d’ailleurs parfaitement évoqué lors d’une conférence à Madrid au cours du mois de septembre 2019.

Le développement des talents de A à Z

Depuis 10 ans, et en dépit de l’écart financier qui existe entre l’AZ et les plus grands clubs européens (L’Ajax, le PSV ou Feyenoord ont des budgets 3 à 4 fois plus importants), la direction a mis en place une stratégie basée sur le développement des joueurs, des talents, dès leur plus jeune âge pour les intégrer à l’équipe première. Preuve en est, en cette saison 2019-2020 :

  • 14 joueurs de l’équipe première viennent de l’académie AZ
  • 50% des minutes jouées par les membres de l’équipe, l’ont été par des joueurs du centre de formation

Parmi ces 14 joueurs, 12 sont arrivés avant l’âge de 12 ans. Résultat d’une stratégie, d’un investissement qui fonctionne. Un investissement coûteux, certes, mais en accord avec la culture du club et pensé plus logiquement, contrairement aux grandes équipes européennes qui payent des sommes colossales pour des joueurs en post-formation généralement (exemple typique du changement de stratégie du FC Barcelone). Ici, l’idée est d’investir quantitativement et qualitativement sur la recherche, la reconnaissance de talents et, ensuite, de se donner les moyens de les développer. Comme dit Marijn Beuker « Nous n’achetons pas le talent, le succès, nous le créons ».

Pour cela, le club a décidé de structurer son raisonnement en définissant 3 grandes questions, auxquelles il faut absolument répondre pour mener à bien cette stratégie :

  1. Qu’est-ce qu’un talent réel ?
  2. Comment créer une culture club où le talent peut se développer ?
  3. Quand vous avez ces talents, comment bâtir une équipe gagnante ?

Effectivement, cette première question porte à réflexion, et selon Marijn Beuker, même les plus grands directeurs sportifs, directeurs du football de certains grands clubs européens n’y répondent pas correctement. Pour lui, c’est la combinaison de 5 choses : des qualités physiques, techniques, des aptitudes cognitives (la compréhension du jeu, des consignes), une attitude et une personnalité. Il n’inclue pas les qualités tactiques car l’essence même du football pour l’AZ Alkmaar et son staff repose sur la créativité et la compréhension du beautiful game.

La parfaite combinaison entre hard data et soft skills

Le fond de l’analyse repose sur ce constat du directeur du développement, de la performance et de l’innovation du club hollandais : une analyse justement fondée ne peut reposer sur la base de ce que l’on voit, sur nos propres émotions, ce qu’il appelle, en anglais, les confirmation bias. Pour lui il faut réussir à tout prouver, tout justifier. Pour contrer cela et avoir l’analyse la plus objective possible, il faut combiner cette data avec les soft skills, que sont les compétences transversales aux compétences techniques : physiques, cognitives, psychologiques. L’utilisation de programmes, d’outils scientifiques et technologiques sont, de fait, requis. Pour cela, le club hollandais est en collaboration avec la société SoccerLAB, plateforme de développement de joueurs et de vidéos. Cette société est d’ailleurs bien connue en France, puisqu’elle travaille pour deux clubs de l’élite française : le Stade Rennais et les Girondins de Bordeaux. Grâce au soutien de SoccerLAB et via une multitude de tests, le staff de l’AZ Alkmaar arrive à déceler quel type de joueur, d’humain est tel ou tel garçon. Ces tests permettent donc à l’ensemble du club, au staff, aux coachs d’avoir les connaissances suffisantes pour amener leurs talents le plus loin possible et de parfaire leurs défauts pour en faire des joueurs permanents de l’équipe première.

Des résultats logiques

Le projet semble marcher à la perfection et ce n’est peut-être que le début. Malgré une concurrence relativement faible en Eredivisie, le constat est plus que positif : depuis la saison 2014-2015, le club a fini à chaque fois dans le top 6, dont 2 fois 3ème et 2 fois 4ème. Cette saison c’est même encore plus fort, l’AZ Alkmaar est classé second à 3 points du demi-finaliste de la Ligue des champions de l’année passée (NB : 15/12/2019. AZ v Ajax. 1-0) . Le PSV, autre grand club hollandais, est distancé à 7 points, pas capable de suivre la cadence.  

Au-delà de cette vision structurelle, stratégique, le club est aussi marqué par la philosophie footballistique hollandaise. A la base de cette identité de jeu, une équipe jeune et un coach qui l’est tout autant. Arne Slot, 41 ans, et ancien adjoint de John Van den Brom, ex-entraîneur du club. En poste depuis cette année, la promotion interne a été fructueuse et le nouveau coach, pour sa première expérience en tant qu’entraîneur numéro 1, fait du très bon boulot : 13 victoires en 18 matchs, 3ème attaque et 1ère défense d’Eredivise.

En plus de ces statistiques, l’équipe de l’AZ Alkmaar est formée autour d’un 4-3-3 (sans réelle pointe basse) moderne, solide, créatif, privilégiant la possession du ballon avec plus de 57% de possession de balle et 86% de passes réussies sur l’ensemble de ces matchs officiels. On peut d’ailleurs voir à travers ces extraits vidéo ci-dessous, la qualité du jeu produit par l’équipe coachée par Arne Slot, qui n’est pas seulement belle à voir jouer mais tout aussi efficace.

Quelques talents à découvrir

Ce style de jeu pratiqué met particulièrement en valeur des individualités qui risquent de faire parler dans le futur.

Des latéraux placés haut qui participent activement au jeu offensif, à l’image d’Owen Wijndal. International U21 néerlandais, le jeune joueur de 20 ans, formé à l’AZ, ne cesse de briller au sein du collectif d’Alkmaar. 97% des minutes jouées, 5 passes décisives et une complémentarité évidente avec Oussama Idrissi, l’ailier gauche. Le latéral ne cesse de progresser et incarne typiquement ce qu’on attend d’un joueur à son poste, aujourd’hui. Quelque peu léger dans les duels défensifs, il a encore une marge de progression, mais à 20 ans, c’est plus que naturel.

Un milieu très solide, créatif, complet et polyvalent. Souvent composé d’une ligne de 3, le milieu de l’AZ est aussi modulable et on voit souvent Koopmeiners, autre joueur formé au club et capitaine de l’équipe, redescendre entre les centraux pour aider à la relance. On peut aussi voir De Wit, formé à l’Ajax, monté d’un cran pour apporter son soutien aux offensifs.

Ces derniers sont peut-être l’image « clinquante » du club. Calvin Stengs, Myron Boadu et Oussama Idrissi sont de véritables perles. Les deux premiers étant issus de la formation d’Alkmaar et Idrissi, sans doute un des joueurs les plus sous-cotés des « autres » championnats européens. Stengs et Boadu sont quant à eux, deux futurs joyaux du football européen, si tout se déroule comme prévu.

Calvin Stengs, ailier intérieur droit dans la formation hollandaise, et désormais international néerlandais à 21 ans (2 passes décisives pour son premier match contre l’Estonie). Joueur atypique par son physique, 1,87m et 68kg mais très élégant, Stengs fait parler la poudre cette saison avec 9 buts et 11 passes décisives en 31 matchs. Joueur très créatif et doté d’une belle vision du jeu, on dit que le Barça serait intéressé par son profil…pas étonnant quand on voit comment il éclabousse le championnat de son talent.

Enfin, dernière merveille sortie par le centre de formation de l’AZ : Myron Boadu. 18 ans, un des meilleurs talents de sa génération (comme le pense le très bon compte Twitter EspoirsduFootball, spécialisé sur les footballeurs de demain) et, lui aussi, déjà international néerlandais (1 but en 1 match). Joueur un peu plus clinique, archétype de l’attaquant moderne : puissant, rapide, des qualités physiques hors-normes, une grande qualité de finition et une capacité à faire les bons appels au bon moment. Il semble déjà extrêmement complet à son âge et est déjà bien en avance. Ses statistiques : pour sa première réelle saison en professionnel, c’est 28 matchs, 17 buts et 12 passes décisives. De quoi donner des idées à certains clubs…

Un modèle de développement

Inspiré du modèle du Moneyball de Billy Beane (voir le film Le Stratège pour les intéressés), l’AZ Alkmaar semble mettre en place une stratégie payante dans un monde footballistique où les inégalités semblent se creuser toujours plus. Le club hollandais semble revenir aux fondements d’antan avec un temps d’avance et on ne peut que s’en réjouir. Il faudra suivre cette équipe cette saison, notamment en Europa League, où elle aura les moyens de faire parler d’elle… Affaire à suivre.

2 Commentaires

  1. Kevin (collègue de ton père)

    Belle mise en lumière d’un championnat et d’un club méconnu par beaucoup et qui pourtant est en train de créer une armada de jeunes joueurs Hollandais très prometteurs !
    L’AZ a il une force financière pour conserver quelques années ses jeunes joueurs et ne pas se faire racheter 1 par 1 ses talents par le PSV ou l’AJAX avant déclore dans un grand championnat Européen ? ou alors a t-il un modèle économique de former et vendre pour la pérennité du club et se contenter d’un top 5 voir 3 sans pour autant gagner des trophées ?

    En tout bel article, je lirai les prochains très bientôt !

    Réponse
    • Arno JOSSE

      Merci des compliments ! En espérant que les articles qui suivent te plaisent tout autant.
      Pour répondre à ta question, je pense que l’AZ souhaite être compétitif au plus possible, et la politique de formation de jeunes joueurs a d’abord une visée sportive plutôt que financière. Les dirigeants et staffs ne seraient pas mécontents de voir leurs jeunes talents rester, mais ils connaissent évidemment la réalité du football… Quand on peut voir à quel point l’Ajax peut être dépouillée chaque année, ce sera à coup sûr la même chose pour l’AZ Alkmaar. Mais malgré cela, je pense que si le club suit la logique entreprise, on est bien parti pour les voir un peu plus souvent au haut niveau.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mes derniers tweets

Share This